Combien y a-t-il de Pédales sur les Pianos Modernes ?

Quand on pense à un piano, on pense immédiatement à ses touches, pas à ses pédales.

Tout le monde sait qu’un piano a des touches noires et blanches, et la plupart des gens savent qu’un piano est muni de pédales. Cependant, à moins que vous ne jouiez du piano, vous risquez d’avoir du mal à expliquer pourquoi un piano a des pédales, ou à quoi elles servent.

Combien y a-t-il de Pédales sur les Pianos Modernes ?

Même les pianistes débutants ne comprennent pas toujours pleinement ce que fait chaque pédale. Mais ce n’est pas grave : nous allons répondre à toutes vos interrogations dans cet article.

Combien de pédales y a-t-il sur un piano ?

Avant d’entrer dans les détails, commençons par les bases. Les pianos acoustiques modernes possèdent trois pédales, tout comme la plupart des pianos numériques. La configuration à trois pédales existe depuis la fin du XIXe siècle.

Bien que les pianos modernes – en fait la plupart des pianos en général – possèdent trois pédales, certains font exception et n’en ont que deux. Il n’est pas rare de voir par exemple des pianos droits vintage avec seulement deux pédales. Vous pourrez également trouver dans certains cas des pianos numériques avec seulement deux pédales.

Comment s’appelle chaque pédale et à quoi servent-elles ?

Chaque pédale du piano a son propre nom et sa propre fonction. Chaque d’entre elles possèdent en fait plusieurs noms et il serait bon de s’habituer à chacun d’eux.

Pédale douce (gauche)

La pédale gauche, également connue sous le nom de pédale douce ou pédale una corda, a été inventée par Bartolomeo Cristofori, qui a fabriqué le premier pianoforte.

Depuis le début du XIXe siècle, la plupart des notes du piano se voient attribuer trois cordes accordées à l’unisson. Un marteau frappe les trois cordes simultanément lorsque vous jouez une note, produisant un son brillant et amplifié.

Lorsque la pédale una corda est enfoncée, elle déplace toute la mécanique vers la droite, repositionnant les marteaux par rapport aux cordes. Una corda signifie « une corde » : à l’origine, appuyer sur la pédale una corda faisait en sorte que les marteaux ne frappent plus qu’une seule des trois cordes.

Cependant, les trois cordes sont si étroitement regroupées sur les pianos modernes qu’il est presque impossible de produire un véritable effet una corda. Au lieu de cela, le marteau frappe une corde de moins, ce qui signifie qu’il en frappe deux et non trois. Le résultat obtenu est un son plus doux et plus terne, presque sourd.

Déplacer physiquement la mécanique vers la droite ne se produit que sur les pianos à queue, pas sur les pianos droits. Dans le cas d’un piano droit, la pédale una corda rapproche les marteaux des cordes. Le marteau frappe toujours les trois cordes, mais en raison de la distance et de la vitesse de frappe réduites, il produit de façon similaire un son plus doux. Étant donné qu’il frappe tout de même les trois cordes, la pédale douce d’un piano droit ne change pas autant le timbre des notes que sur un piano à queue.

Notation sur partition :

  • UC – Una corda, « une corde », la pédale douce doit être enfoncée.
  • DC – Due corde, « deux cordes », la pédale douce doit être partiellement enfoncée.
  • TC – Tre corde, « trois cordes », la pédale douce doit être relâchée.

Pédale tonale (milieu)

La pédale du milieu, appelée pédale tonale, sostenuto ou de soutien, est la moins utilisée et la plus controversée des trois pédales. Cette pédale a été inventée par la famille Boisselot, originaire de Marseille.

Le fabricant de pianos Claude Montal a adopté l’invention et y a apporté quelques modifications pour pouvoir l’utiliser sur ses propres pianos. Steinway a fait une chose similaire aux États-Unis, ce qui a conduit à de multiples litiges en matière de brevets entre Montal et Steinway. Il semblerait que la version de la pédale tonale de Montal soit antérieure à celle de Steinway, mais laissons de côtés les litiges juridiques et passons plutôt à la fonction de cette pédale.

On peut considérer la pédale tonale comme une sorte de pédale forte sélective, pour ainsi dire. Toutes les notes que vous jouez immédiatement avant d’appuyer sur la pédale tonale seront tenues jusqu’à ce que cette dernière soit relâchée. Toutes les notes jouées une fois la pédale tonale déjà enfoncée ne seront quant à elles pas tenues. Bien qu’il s’agisse d’une pédale rarement utilisée, elle peut être très utile pour des styles spécifiques, comme par exemple la musique contrapuntique. On l’appelle parfois bass sustain en anglais, car elle permet de tenir les notes de basse sans que tout ce que vous jouez par-dessus ne sonne trop brouillon.

Là encore, il existe une différence entre le piano à queue et le piano droit. Ce dernier possède en effet rarement une pédale tonale. Au lieu de cela, il est généralement muni d’une pédale de sourdine ou, plus rarement, d’une pédale forte basse. Comme nous venons de le dire, la pédale tonale est parfois surnommée bass sustain en anglais ; la pédale forte basse, sélective, ne fonctionnera que sur les notes graves du piano.

Une pédale de sourdine (ou pédale d’appartement) atténue quant à elle le son sur tout le clavier en plaçant une fine couche de feutre entre les marteaux et les cordes. On obtient ainsi un son beaucoup plus faible que celui produit par la pédale douce, chose couramment utilisée pour pouvoir s’entraîner à la maison.

Notez qu’il n’est pas possible d’utiliser en même temps la pédale tonale et la pédale forte.

Notation sur partition :

  • Sost. Ped. – Enfoncer la pédale tonale.
  • Un astérisque (*) indique lorsqu’il faut la relâcher.

Pédale forte (droite)

La pédale forte est la pédale la plus utilisée et la plus facile à expliquer. Elle permet de tenir chaque note jouée pendant que la pédale est enfoncée. Cela inclut les touches enfoncées au moment où l’on appuie sur la pédale, ainsi que tout ce qui est joué après que celle-ci a été enfoncée.

La pédale forte est parfois appelée pédale de sustain. On l’appelle ainsi car son fonctionnement consiste à relever les étouffoirs des cordes, permettant à ces dernières de résonner naturellement. Si l’on n’utilise pas la pédale forte, une note s’arrête de sonner dès que l’on retire le doigt de la touche.

Notez que la pédale forte n’est pas seulement la plus utilisée. C’est aussi la plus mal utilisée. Lorsque les débutants commencent à utiliser la pédale forte, ils ont souvent du mal à trouver le bon timing et la bonne durée d’utilisation. Cela conduit souvent à un manque absolu de clarté, car tout devient alors trop confus. À partir de là, il est facile de développer la très mauvaise habitude de cacher une mauvaise technique en abusant de la pédale forte. Ainsi, les élèves s’en servent parfois pour masquer les imperfections de leur jeu sur une suite de notes difficile / rapide.

Notation sur une partition :

  • Ped. – Enfoncer la pédale forte.
  • Un astérisque (*) indique lorsqu’il faut la relâcher.

Quand utiliser chaque pédale ?

Nous avons brièvement abordé quelques exemples d’utilisation de chaque pédale. Voici maintenant quelques exemples un peu plus précis.

Pédale douce

Une excellente manière, mais souvent délicate, d’utiliser la pédale douce est de s’en servir pour faire ressortir la mélodie par rapport aux phrases d’accompagnement. Elle vous permet de légèrement atténuer les lignes d’accompagnement pour rendre les notes de la mélodie plus brillantes et faire qu’elles se démarquent davantage.

La pédale douce est également pratique pour retirer un peu de dureté à la fin d’un trille rapide dans les aigus.

Pédale tonale

La pédale tonale est surtout utile dans les graves et pour les notes de pédale. Maintenir les notes de basse pendant que vous jouez par-dessus mélodies et accords non tenus est un outil de composition fantastique et quelque chose dont de grands noms comme Debussy ou Rachmaninov se sont servis.

Cela peut être utilisé de façon similaire avec des notes de pédale, bien que celles-ci puissent être situées n’importe où sur le clavier, y compris au-dessus de nombreux changements d’accords.

Pédale forte

La pédale forte est très utilisée dans la plupart des musiques pour piano, il est donc peut-être préférable de se concentrer sur les moments où on ne devrait pas la toucher.

Il y a des exceptions à tout, et les goûts et les couleurs de chacun peuvent différer, mais il vaut généralement mieux éviter d’utiliser la pédale forte en plein changement d’accord. De même, ce n’est généralement pas une bonne idée de la tenir sur des mélodies contenant de petits groupes de notes voisines.

La règle d’or avec les trois pédales, et en particulier la pédale forte, c’est de ne jamais en abuser. Les pédales sont là pour améliorer votre jeu et ajouter de l’effet, et non pas pour noyer votre son.

Techniques de pédale forte

La pédale forte étant la plus mal utilisée, il est essentiel d’en comprendre les différentes techniques.

Demi-pédale : comme son nom l’indique, cela consiste à n’enfoncer la pédale qu’à moitié. Cette technique permet aux étouffoirs de conserver un léger contact avec les cordes afin que les notes puissent être tenues sans pour autant noyer tout le son.

Pédale enchaînée : c’est ce que l’on devrait presque toujours faire. Cela consiste à appuyer sur la pédale juste après avoir joué une note et de la relâcher au moment où l’on joue la note suivante. Cette technique permet de créer une transition legato fluide entre les notes au sein d’une phrase, sans surcharger le son.

Pédale anticipée : si vous voulez un son plus profond et plus ample, vous pouvez appuyer sur la pédale juste avant de jouer la note.

Pédale rythmique : elle est similaire à la pédale enchaînée dans le sens où l’on appuie et soulève rapidement le pied. Cette technique consiste à appuyer et relâcher la pédale en même temps que l’on joue une note ou un accord.

Comment placer son pied ?

Appuyer sur une pédale peut sembler simple, mais quelques conseils devraient vous aider dans votre exécution, ainsi qu’à éviter du bruit indésirable.

De façon générale, c’est le pied droit qui est utilisé pour la pédale forte et le gauche pour les deux autres. Vous devez placer la plante du pied sur la partie arrondie de la pédale, tout en gardant votre talon au sol. Garder le talon au sol permet de mieux contrôler la pression que vous appliquez vers le bas, ainsi que la vitesse de soulevé. Relâcher une pédale trop rapidement provoque des bruits mécaniques désagréables.

Comment s’entraîner ?

S’entraîner à utiliser les pédales est aussi important que de jouer les bonnes notes. Les exercices simples sont la meilleure façon de se construire une technique solide.

Gammes : utilisez des gammes sur trois ou quatre octaves pour vous entraîner aux techniques de sustain tout en conservant la clarté.

Progressions d’accords : entraînez-vous à faire des suites d’accords tout en utilisant différentes techniques. Au fur et à mesure que vous vous sentirez à l’aise, utilisez des progressions de plus en plus complexes pour augmenter la difficulté.

Au-delà des gammes et des accords, vous pouvez choisir diverses techniques de jeu comme les trilles et les turnarounds pour vous habituer à y appliquer des techniques de pédale.

A-t-on vraiment besoin des trois pédales ?

Pour la faire courte, non, on n’en a pas besoin.

Comme nous l’avons déjà dit, la pédale forte est utilisée presque tout le temps, la pédale douce est quant à elle déjà bien moins utilisée et la pédale tonale ne l’est que rarement.

Certains pianistes talentueux avec plusieurs années d’expérience auraient même bien du mal à expliquer à quoi sert la pédale tonale. Cependant, si vous voulez jouer tout ce que vous apprenez exactement tel que le compositeur l’a écrit, alors vous devez vous familiariser avec les trois pédales.

Est-ce que les débutants doivent utiliser les pédales ?

Ce n’est pas tant une question de savoir si les débutants doivent ou non utiliser les pédales : il s’agit plutôt de savoir quand et comment ils doivent les utiliser. Comme pour tout, il est préférable de commencer en tenant compte dès le début du niveau que vous comptez atteindre, ce qui signifie que les pianistes débutants ne doivent pas ignorer les pédales.

Cependant, les mauvaises habitudes se prennent surtout au début, et les débutants ont tendance à utiliser la pédale forte pour masquer leur mauvaise technique. Ils s’en servent comme d’un raccourci qui les incite à une pratique paresseuse.

Ainsi, lors de l’apprentissage d’une technique ou d’une pièce nouvelle ou complexe, il est crucial de bien maîtriser le doigté avant d’y ajouter vos pieds. Mettre les pédales où il faut devrait être plus facile une fois que vous avez la technique sur le bout des doigts.

Peut-on mettre des pédales sur un clavier ou piano numérique ?

Absolument, oui. En fait, de nombreux claviers sont vendus avec une pédale de sustain/forte, et si ce n’est pas le cas, ils disposeront d’au moins une entrée pédale.

Certains claviers sont équipés d’une entrée pour un support trois pédales afin de fournir une expérience pianistique plus réaliste. Les claviers débutants, plus petits, sont moins susceptibles d’être livrés avec la pédale de sustain incluse, mais la plupart disposent quand même d’une entrée pédale.

Équiper votre clavier d’une pédale de sustain améliorera considérablement votre jeu.

Conclusion

Maintenant que vous savez à quoi sert chaque pédale, il est temps de vous entraîner. N’oubliez pas que ne jamais utiliser les pédales est certes un terrible gâchis, mais en abuser est encore pire. Faites-le bien, et vous serez étonné par les résultats.

À propos de l'auteur

Alex
Alex
Passionné de musique depuis que j'ai entendu mes premières notes de piano et webmaster à mes heures perdues. J'ai décidé de créer ce site pour vous apporter (je l'espère) des connaissances sur les instruments de musique et tester ceux que je trouve les plus intéressants pour un musicien.

Top Instrus 🎸

Alesis Melody 61 MKII – Test et Avis

Alesis Melody 61 MKII – Test et Avis

Cet incroyable petit clavier électronique possède tout ce dont vous avez besoin : que ce soit pour progresser au piano ou pour avoir un instrument à emporter à vos concerts, l’Alesis Melody 61 MKII se révélera indispensable. Nous pensons que vous devriez dès que...

Casio PX-870 – Test et Avis

Casio PX-870 – Test et Avis

Si on vous dit « piano numérique », vous pensez probablement à Casio et à quelques autres marques. Casio fabrique une énorme quantité de modèles de piano numérique et il est possible de choisir entre des pianos basiques légers et transportables, ou des modèles comme...

Yamaha EZ-220 – Test et Avis

Yamaha EZ-220 – Test et Avis

Êtes-vous à la recherche du parfait clavier pour débutant ? Si vous voulez quelque chose de facile à utiliser et d’abordable, vous devez absolument lire ce qui suit sur le Yamaha EZ-220. Mais est-ce véritablement le bon clavier pour vous ? Avant de l’acheter, lisez...

Partitions 🎵

Partition La Marche Impériale au Piano (PDF)

Partition La Marche Impériale au Piano (PDF)

La Marche Impériale aussi connue sous le nom du thème de Dark Vador, est une des musiques thèmes de la saga de films Star Wars. Cette composition devient vite un des thèmes symphoniques les plus connus et sera donc utilisée pour presque toute la saga Star Wars....

Partition Merry Christmas au Piano – Téléchargement GRATUIT (PDF)

Partition Merry Christmas au Piano – Téléchargement GRATUIT (PDF)

We Wish You a Merry Christmas est une chanson anglaise typique de Noël. Que ce soit via les chorales ou les films de Noël, on l’entend beaucoup lors de cette période festive. Informations Auteur : Inconnu Année : 16ème siècle Instrument : Piano Niveau : Débutant Tout...